voici deux messages complaisants de futurs amis je pense (voir commentaires du message intitulé "suite...". Outre le fait de l'anonymat (vinivitivici et vcmh) m'ont laissé deux post's d'encouragement.

En effet pour le premier, nous l'appelleront ici JC (Jules César et son fameux Veni Vidi Vici...), je dois me refuser à toute revendication à l'appellation d'origine contrôlé sous prétexte que les macérations carboniques ne sont pas ligèriennes. Malheureusement ce n'est pas moi qui ai écrit dans le décret le paragraphe autorisant cette technique de vinification pour notre AOC! Qu'il m'explique dès lors comment peut on faire pour respecter le cahier des charges? Ne devrait-on pas ainsi donner une liste exhaustive de levures, et autres intrants, afin de pouvoir se présenter au label ? Pour info, on fait bien du vin en Mayenne, il y a juste à rechercher sur le site de l'INAO les départements et régions productrices, c'est écrit noir sur blanc.

Pour mon deuxième compère, toujours dans l'anonymat le plus complet, je l'appellerai donc jusqu'au jour où il daignera se présenter "Attila". En effet ce sont les parcelles contiguës aux miennes qui sont en photo. J'en rajoute de plus même une qui cette fois ci est la preuve que mon voisin de parcelle à désherbé mon rang (volontairement ou involontairement, c'est mon organisme certificateur Ecocert qui en décidera). De toutes façons depuis 2007 je suis dans l'obligation d'exclure tous mes rangs mitoyens de ma production sous certification Agriculture Biologique. Je ne vous parle même pas des dérives de produits phytosanitaires lors des jours de vent. De ce fait je ferai donc remarquer que jusqu'ici je ne m'en suis jamais plaint, à noter quand même que pour un cas similaire sur l'appellation voisine de Bourgueil un viticulteur en conventionnel à été reconnu responsable, et c'est ainsi son assurance qui à remboursé les trois années de perte de certification du vigneron en Agriculture Biologique.

IMG_0510

Si il n'y avait que 2 mètres juste, j'en arriverai presque à comprendre, mais c'est environ 3 mètres qui séparent les deux rangs...

Donc merci à Attila pour ses conseils avisés envers mes voisins, mais justement il me dit de faire ce qu'il me plaît dans mes vignes et mon chai, alors qu'aujourd'hui on ne souhaite pas (dixit Jules César) avoir de macérations carboniques en AOP Saint Nicolas de Bourgueil, et que je dois subir les pulvérisations intempestives de mes voisins de parcelles.

Pour JC, je me permet de lui rappeller, vu qu'il connait bien ma vie et ma famille apparement, que je nesuis pas en reste avec la promotion de mon AOC, il n'y a encore que deux ans, suite à une demande de l'ancien président du syndicat des vins (Mr Alain JAMET) j'ai fait venir toute une équipe de journalistes du "Rouge & le Blanc" pour un article de plus de 10 pages sur l'appellation Saint Nicolas de Bourgueil. J'avais même reçu à l'époque le remerciement de Mr RENOU, pas René le défunt président de l'INAO, mais Stéphane l'actuel président de l'ODG.

 

Pour finir, je tiens à préciser que je ne bloque jamais les commentaires sur mon blog, que celui-ci n'est pas une vitrine commerciale, mais un lieu d'échange d'opinions! Ainsi, pour tous les commentaires n'hésitez pas à laisser autre chose qu'un pseudo, je navigue bien pour ma part à découvert, faites en de même. Sinon ce n'est pas grave... je n'attends plus qu'une chose c'est une réponse aux 16 questions que j'ai fait parvenir à l'organe parisien de contrôle de l'INAO de Montreuil sous Bois.